Andersen Le montreur de marionnettes contes enfants histoires enfants
Comptine pour enfants
Nouvelles comptines enfants
Rechercher une comptine
Comptines populaires
Berceuses pour enfants
Chansons pour enfants
Chants de noël
Comptines animaux
Comptines fêtes
Comptines de maternelle
Comptines pour bébé
Comptines jeu de doigts
Comptines à nombres
Comptines à chanter
Comptines en anglais
Comptines en allemand
Comptines en italien
Comptines en espagnol
Comptines de noël
Fables de La Fontaine
Fables
Chansons Disney
Contes enfants
Histoires enfants
Chansons série télé
Coloriage
Paroles chansons enfants
Jeux loisirs enfants
Carte anniversaire gratuite
Sites pour enfants
Partenaires

 

Andersen Le montreur de marionnettes

contes enfants

Andersen Le montreur de marionnettes contes enfants histoires enfants

Andersen Le montreur de marionnettes contes enfants histoires enfants



Andersen Le montreur de marionnettes


Un jour que moi, Hans Andersen, je voyageais sur un beau voilier, j'ai rencontré un homme à l'air si joyeux que j'ai tout de suite pensé : "Voilà, à mon avis, le plus heureux des hommes."

J'engageai la conversation, et je sus que je ne m'étais pas
trompé : "Je suis un homme comblé, me dit-il, et plus encore depuis que m'est arrivée l'aventure que je vais vous conter.

" Il poursuivit : "J'aime mon métier plus que toute autre chose.

Je vais par les chemins, m'arrête dans chaque ville et chaque village, et je tire de ce simple coffre que vous voyez là tout ce qu'il faut pour amuser les petits et les grands.

Vous l'avez deviné : je suis montreur de marionnettes.

Un soir que je donnais une représentation à la poste de la ville de Slagelse, tous les enfants semblaient bien s'amuser. Mais au bout d'un moment, l'un des spectateurs attira mon attention. C'était un jeune homme, portant un habit noir. A chaque fois que mon histoire devait faire rire, il riait exactement au bon moment, et à gorge déployée. Cela ma remplissait de joie. Et lorsque j'espérais

simplement un sourire, il souriait de bon cœur. Je n'avais jamais eu un spectateur si attentif et si plaisant. Ce sympathique jeune homme était, m'apprit-on, un ingénieur qui faisait des conférences en province. Et justement, ce soir-là, après que les enfants furent allés se coucher, tout le monde fut invité à venir l'écouter. Je devins donc à mon tour son spectateur. Je dois l'avouer, nombre de ses paroles m'entraient dans une oreille pour ressortir par l'autre, comme on dit, car je ne comprenais pas grand-chose aux secrets de sa science. Cependant, pour ce que j'en compris, je sus que cet ingénieur était un homme extraordinaire. Il parlait, en effet, avec une telle facilité de ses inventions et de ses découvertes qu'on eut dit que tout cela ne lui avait coûté aucun effort.

A mon avis, si ce jeune homme avait vécu en d'autres temps, on l'aurait accusé de sorcellerie et brûlé vif sur le bûcher.

Lorsqu'il eut terminé son discours, il m'invita à sa table. Nous nous entretînmes de divers sujets, parlant aussi bien de sa science que de mes marionnettes, et à un moment, je lui dis que je me considérais comme l'une des plus heureuses personnes qui soient sur terre.

- Ah, vraiment ?, me répondit-il.

- Certainement. je ne désire rien de plus que d'être toujours bien reçu comme je le suis avec ma petite troupe. "

Puis, en réfléchissant, je me rappelai une envie qui m'avait pris :

"Quoique... Il y a peut-être quelque chose... Voyez-vous, il m'est

arrivé de penser, qu'au lieu de faire un spectacle de marionnettes, j'aimerais bien diriger des acteurs, des personnages de chair et de sang... Alors là, je serais sans doute vraiment le plus heureux des hommes."

Le jeune ingénieur ne croyait pas que cela puisse me rendre plus heureux, mais moi, je le croyais, et il ne parvint pas à me faire changer d'avis. Le vin que nous buvions était bon, et...je dois avouer que je fus vite un peu grisé, au point que j'étais persuadé que mes vœux seraient exaucé. Soudain l'ingénieur me souleva et me fit tournoyer en l'air à travers une gigantesque spirale avec mon coffre ; je tournais, et je tombais, et je me retrouvais assis par terre... Le coffre s'était ouvert, et voilà que mes marionnettes bondirent hors de celui-ci. A peine avaient-elles sauté à terre qu'elles se mirent à parler, et lorsqu'elles furent toutes sur le plancher, il y eut une cacophonie épouvantable, car elles parlaient toutes en même temps. La danseuse disait :

"Si je ne tenais pas sur une jambe, toute la maison s'écroulerait !

Je suis donc la personne la plus importante et je veux être traitée comme telle !" Celui qui jouait le facteur disait : "Comme c'est moi qui apporte les lettres d'amour, tout le monde doit être gentil avec moi !" Quant à la princesse, elle voulait que tout le décor autour d'elle soit rouge, parce que, disait-elle, c'était la couleur qui lui allait le mieux. Le prince quant à lui exigeait de n'avoir à dire que des répliques de sortie, car c'étaient celles-là qui étaient les plus applaudies. Les acteurs parlaient de plus en plus fort, ils ne m'écoutaient pas le moins du monde, et je fus obligé de leur crier :

"Débrouillez-vous ! Après tout, vous n'êtes que des marionnettes !"

Celles-ci se mirent alors dans une colère incroyable et me battirent à mort. A ce moment je me réveillai en sursaut. Je me trouvais dans mon lit ; un rayon de soleil m'avait sorti de mon sommeil.

Je vis les marionnettes immobiles, éparpillées sur le sol, dans un désordre indescriptible. Je me demandai où était passé l'ingénieur, mais nulle part je ne vis trace de lui. Je me levai, m'emparai des personnages qui étaient redevenus de bois et de chiffon, et je les rangeai tous dans la malle. Je refermai le couvercle avec soin, content que cette soirée effrayante soit terminée, et jamais, plus jamais, je n'ai eu envie qu'ils deviennent de vrais acteurs.

Aujourd'hui, je continue à parcourir le pays en transportant mes petits amis. J'ai du succès, je gagne bien ma vie, et mes marionnettes sont encore plus applaudies que certains grands acteurs de théâtre ! Maintenant, je suis certain d'être le plus heureux des hommes. Et si l'on me demande pourquoi, je parle volontiers de mon aventure, pour le plaisir de raconter une histoire".






Lue 10396 fois !


Commentaires sur cette comptine :

--> Pas de commentaires actuellement alors n'hésitez pas à nous laisser un commentaire sur cette page.

Vous avez un commentaire sur cette comptine ou une suggestion alors n'hésitez pas à nous laisser un commentaire sur cette page.


Andersen Le montreur de marionnettes contes-enfants histoires enfants
Andersen Le montreur de marionnettes contes-enfants histoires enfants
 

 

    Classement de sites - Inscrivez le vôtre!