Andersen Le vilain petit canard contes enfants histoires enfants
Comptine pour enfants
Nouvelles comptines enfants
Rechercher une comptine
Comptines populaires
Berceuses pour enfants
Chansons pour enfants
Chants de noël
Comptines animaux
Comptines fêtes
Comptines de maternelle
Comptines pour bébé
Comptines jeu de doigts
Comptines à nombres
Comptines à chanter
Comptines en anglais
Comptines en allemand
Comptines en italien
Comptines en espagnol
Comptines de noël
Fables de La Fontaine
Fables
Chansons Disney
Contes enfants
Histoires enfants
Chansons série télé
Coloriage
Paroles chansons enfants
Jeux loisirs enfants
Carte anniversaire gratuite
Sites pour enfants
Partenaires

 

Andersen Le vilain petit canard

contes enfants

Andersen Le vilain petit canard contes enfants histoires enfants

Andersen Le vilain petit canard contes enfants histoires enfants



Andersen Le vilain petit canard


C'était l'été. Les foins fraîchement coupés embaumaient. Dans la

forêt aux lacs profonds, parmi les grands arbres, s'élevait un vieux

château entouré de fossés, et là, au pied des murs, poussaient

d'immenses feuilles de bardane. Comme l'endroit était tranquille,

une cane s'y était installée pour couver. C'était bien long

d'attendre. Un jour enfin, l'un après l'autre les oeufs se fendillèrent :

" Pipe, pipe ! ", de minuscules canetons sortaient des coquilles les

yeux tout ébahis. Comme le monde était grand !

La cane compta ses petits, le plus gros des oeufs était toujours

intact. Une vieille cane qui passait par là, lui conseilla

d'abandonner ce dernier oeuf, c'était sans doute un oeuf de

dinde. Mais la cane, qui avait déjà tellement attendu, se remit à

couver. Enfin l'oeuf se brisa, une grosse boule tout grise et laide

en sortit qui ne ressemblait pas aux autres canetons.

Qu'à cela ne tienne ! Le lendemain, la cane sautait dans l'eau du

fossé, les canetons plongeant l'un après l'autre derrière elle,

même l'affreux gros gris. Ce ne pouvait pas être un dindonneau,

il nageait trop bien ! C'était vraiment son petit. " Venez que je

vous présente à mes amis les canards. Mais restez bien tous

derrière moi, et méfiez-vous du chat ! ", dit la mère cane à ses

canetons. Celui-ci venait justement de voler une anguille que se

disputaient deux familles de canards.

" Jouez des pattes et tâchez de vous dépêcher. Et surtout,

n'oubliez pas de courber le cou devant la vieille cane ! ". Les

petits lui obéirent. Les autres canards se moquaient de cet

horrible gros gris. Une cane se précipita même sur lui et le mordit

au cou. " Laissez-le ! Il ne fait de mal à personne ! Il n'est

peut-être pas très beau mais il nage très bien, et avec le temps,

il se peut même qu'il rétrécisse ! ", dit la mère cane.

Heureusement la vieille cane la rassura sur les autres canetons :

eux étaient vraiment adorables !

Cependant le pauvre caneton sorti de l'oeuf en dernier, trop grand,

trop laid, était la risée de tous. Canards, coqs et poules le

mordaient, le dindon, qui se prenait pour un empereur, gonflait

toutes ses plumes et le chargeait. Le vilain caneton ne savait plus

où se mettre et cela devint de pire en pire. Même ses frères et

soeurs le martyrisaient : " Pourvu que le chat te prenne, toi

l'affreux ! "

Et sa mère elle-même lui dit : " Si seulement tu étais bien loin

d'ici ! ". Alors un soir, il s'enfuit en s'envolant par dessus la haie.

A sa vue les petits oiseaux se sauvèrent à tire d'aile. " Ils ont peur

de ma laideur ", pensa le caneton. Epulsé de chagrin et de fatigue,

le vilain caneton passa la nuit dans le marais. Des canards

sauvages se moquèrent de lui. Il était si laid ! N'avait-il pas le

droit de rester là, parmi les roseaux ? Il s'y cacha pendant trois

jours. Deux oies mâles, des jars, qui passaient par là, lui dirent :

" Ecoute, camarade, tu es tellement laid que tu nous plais, veux-tu

devenir oiseau migrateur ? "

C'était jour de chasse. Pan ! Pan ! Les deux jars tombèrent

raides morts dans les roseaux. " Je crois que je vais me sauver

dans le vaste monde ! ", dit le vilain petit canard, et il partit.

Les feuilles d'automne tourbillonnaient dans le vent glacé. Le

pauvre caneton grelottait. Au soleil couchant, un grand vol

d'oiseaux géants aux longs cous ondulants apparut au dessus

des buissons. C'était des cygnes qui fuyaient les contrées

glacées pour les terres chaudes du Sud. Jamais le caneton

n'avait vu de si beaux oiseaux, d'un blanc aussi éclatant. Ils

ouvraient leurs puissantes et larges ailes et volaient si haut,

si haut, que le vilain petit canard, enthousiasmé, se mit à

tourner comme une toupie en tendant son cou vers le ciel

pour mieux les admirer. Il poussa un cri si étrange et si perçant

qu'il en fut lui-même effrayé. Il ne savait pas quel était le nom

de ces oiseaux merveilleux, mais il les aimait comme il n'avait

jamais aimé personne, lui le vilain...

L'hiver fut terriblement froid. Le pauvre caneton devait

constamment nager pour empêcher la glace de l'emprisonner. Le

trou où il dormait, nuit après nuit, se resserrait sur lui. A la fin,

épuisé, il fut pris dans la glace. Au matin, un paysan l'aperçut,

brisa la glace de son sabot et l'apporta à sa femme qui le ranima.

Les enfants voulaient jouer avec lui, mais il prit peur. La porte

étant ouverte, il s'enfuit dans la neige fraîchement tombée, mais il

y écroula, anéanti.

Que cet hiver fut triste pour le pauvre caneton ! Mais un jour, un

chaud soleil perça les roseaux. C'était le printemps. Le caneton

battit des ailes et, à sa grande surprise, s'envola. Avant même

qu'il pût s'en rendre, il se retrouva dans un magnifique jardin. Les

pommiers et les lilas en fleurs embaumaient.

Trois cygnes blancs glissaient merveilleusement sur l'eau d'un

étang. Il reconnut les oiseaux majestueusement et se sentit pris

d'une étrange mélancolie. "Si je vole jusqu'à eux, si laids, ils me

tueront ! " Il s'approcha cependant de l'étang et penchant la tête

vers l'eau, il attendit la mort.

Mais alors, il se vit, lui, se reflétant à la surface de l'eau, il n'était

plus le gros vilain gris ! Il était devenu un cygne. Des enfants

s'approchèrent à ce moment avec du pain. " Venez voir, il y a un

nouveau cygne encore plus beau que les autres ! ",

s'exclamèrent-ils.





Lue 11707 fois !


Commentaires sur cette comptine :

--> Pas de commentaires actuellement alors n'hésitez pas à nous laisser un commentaire sur cette page.

Vous avez un commentaire sur cette comptine ou une suggestion alors n'hésitez pas à nous laisser un commentaire sur cette page.


Andersen Le vilain petit canard contes-enfants histoires enfants
Andersen Le vilain petit canard contes-enfants histoires enfants
 

 

    Classement de sites - Inscrivez le vôtre!